Longtemps boudée et associée à une image négative, la bière revient en force dans le cœur des consommateurs français sous l’impulsion du dynamisme des brasseries artisanales.
Après une baisse de la consommation de 30% en 30 ans, c’est un véritable boom et phénomène de société et économique que connaît aujourd’hui la bière artisanale. Et ce sont les caves à vin qui pourraient en tirer le plus de bénéfices !

La bière artisanale : un marché en forte croissance, tirée par l’offre et la demande

Les chiffres de la bière artisanale en France parlent d’eux-mêmes :

  • 1 600 brasseries artisanales recensées en France (x2 en 5 ans),
  • un marché évalué à 440 millions d’euros en 2020 selon le cabinet Xerfi (x2 par rapport à 2016)
  • plaçant la France en 3ème position en Europe en nombre de brasseries !

La consommation de bière en France est l’une des plus premium d’Europe, signe de l’exigence de notre palais et de notre intérêt pour les bons produits. La tradition, couplée à la richesse et la variété de notre terroir viticole a sans nul doute freiné l’intérêt du consommateur Français pour la bière, marché caractérisé jusqu’alors par une offre de bière trop standardisée. La France est certes un pays de vin, mais elle dispose aussi d’un riche passé brassicole qui renaît de ses cendres depuis quelques années pour le plus grand bonheur de nos papilles. Aux quatre coins de la France émergent des brasseries artisanales qui dynamisent le produit bière, offrant des flaveurs disruptives, surprenantes, déroutantes et qui bousculent les standards du grand public habitué aux saveurs uniformisées de la bière.

Pourquoi ce regain d’intérêt pour la bière dans un pays de vin ?

Le vin, rattaché à une notion de terroir, évolue dans des conditions réglementaires de production plus strictes que la bière (obligation de respecter des cahiers des charges strictes, des AOC, AOP…). Comme le mentionne Emmanuel Rey de la Brasserie de la Vallée de Chevreuse : « Pour produire un Sancerre, il faut être à Sancerre. On ne peut pas le produire en Chine, même si c’est moins chère ».

La bière, elle, n’a pas (encore) de contrainte de production liée à un terroir,  laissant une liberté d’action aux brasseurs qui s’apparentent à des cuisiniers en capacité de tester et composer à souhait de nouvelles recettes. Les brasseries artisanales, de par leur taille et leur vision de la bière, ont la capacité d’exploiter tout le potentiel aromatique de la combinaison des quatre ingrédients nécessaires à sa production : eau, malt, houblon et levure.

Dès lors, la boisson à la palette aromatique la plus large au monde, associée à la créativité et l’audace des brasseurs artisanaux peut s’exprimer et dévoiler tout son potentiel. Cette liberté d’action se ressent dans les bières artisanales et c’est bien ce qui éveille l’intérêt et la curiosité des consommateurs qui (re)découvrent les flaveurs de cette boisson divine.

La bière, une réponse aux nouvelles tendances de consommation

La bière artisanale correspond à l’évolution de la demande du consommateur et surfe sur la tendance du consommer local, du consommer moins mais mieux et de consommer des produits naturels.

Les nouveaux brasseurs sont des personnes engagées dans la recherche de qualité extrême et de sens à donner à leur production et à leur travail : beaucoup de bières artisanales sont aujourd’hui des bières biologiques, des bières en biodynamie, des bières certifiées nature et progrès ou encore des bières sans gluten pour répondre à la demande des consommateurs amateurs mais intolérants au gluten.

Et c’est une véritable explosion gustative que redécouvre le consommateur grâce au travail des brasseries artisanales : des malts aux arômes de céréales, pain, mie de pain, avoine, blé, foin, des notes plus sucrées de brioche, de biscuit ou de miel, des notes grillées comme le café ou le chocolat mais aussi des notes fruitées ; associées aux huiles essentielles apportées par les houblons aromatiques aux notes florales, herbacées, fruitées, épicées, minérales, végétales ou résineuses.

Quant à la la réintroduction de l’intérêt de l’amertume, ce sont bien les bières artisanales qui en sont à l’origine, alors que cette saveur avait été éliminée pendant longtemps du paysage gustatif.

Les amateurs de bière artisanale, une nouvelle clientèle à capter et à fidéliser

Les amateurs de bière représentent une nouvelle clientèle à capter pour votre cave à vin et vos clients amateurs de vin mais ne connaissant pas (ou peu) la bière sont un vivier à exploiter pour les convertir et les fidéliser.
Vos clients actuels sont aussi des consommateurs de bière artisanale (ou en devenir) mais ne se fournissent pas encore dans votre établissement
Et dans la continuité de votre cœur de métier de caviste (la sélection, le conseil et la vente de vin), vous avez l’opportunité de tirer profit de ce nouvel engouement pour la bière artisanale pour élargir votre activité, développer vos revenus, attirer une nouvelle clientèle et fidéliser vos clients actuels.

 

Si cet article vous a convaincu et que vous avez besoin de conseils pour animer votre premier atelier de dégustation de bière, on a l’article qu’il vous faut !